NOS PREMIERS PAS …

 
Le Domaine Schlumberger est heureux de vous annoncer que, suite au passage de 60% du domaine en culture biologique depuis l’an 2000, nous nous sommes lancés dans la culture bio-dynamique sur 30 hectares pour la campagne 2006.
Nous souhaitions vous inviter à partager cette nouvelle aventure. Voici donc un petit explicatif sur les principes fondamentaux de ce type de culture, souvent un peu vague pour chacun d’entre nous.
Tout d’abord, il s’agit de répondre à une question fréquemment posée : mais quelle est donc la différence entre culture biologique et biodynamie ?
La culture biologique s’attache avant tout à respecter l’environnement : la terre, la vigne, les méthodes de travail. Elle s’applique à utiliser des produits naturels dits « bio ».
Le vin bio n’existe d’ailleurs pas encore car la vinification n’est pas réglementée à ce jour. On parle de « vin issu de raisins produits en agriculture biologique ».
La culture en biodynamie est avant tout une philosophie dont les fondements sont apparus en Allemagne en 1924 avec Rudolf Steiner. 
Elle vise à redonner à la plante son rôle d’actrice de sa propre vie, capable de réagir par elle-même dans son environnement (terroir). La plante se régule seule et est donc plus saine.
Le terme « bio-dynamique » trouve son origine dans deux mots grecs « bios » (la vie) et « dynamis » (l’énergie). L’interaction des substances du sol et des facteurs énergétiques doit constituer un système équilibré.
 
 
 

LES « OUTILS » DE LA CULTURE EN BIODYNAMIE

 
Des chevaux : le sol doit être vivifié, régénéré et développé. Il est indispensable d’adopter des pratiques culturales respectant le sol, d’éviter le passage des tracteurs qui compactent les sols. D’où le maintien des chevaux au Domaine Schlumberger.
Du compost : il s’agit de bannir l’usage d’engrais chimique et d’apporter au sol un compost « local ». Au Domaine Schlumberger le compost est issu d’une fermentation à base de crottins de cheval, de paille et de marc de raisins.
En culture bio-dynamique on ajoute, selon les besoins, différents « ingrédients » au compost :
 
l’Achillée millefeuille : il permet de diminuer les pulvérisations de soufre sur la vigne
la Camomille : elle régularise les processus de l’azote
l’Ortie : très efficace contre le mildiou
l’Ecorce de chêne : elle atténue les maladies des plantes
le Pissenlit : il favorise la résistance à la pénétration des champignons La meilleure période pour l’épandage du compost est de fin août (en lune descendante) à fin novembre, quoiqu’il en soit le plus tôt possible après la récolte.
En général, il est souhaitable d’utiliser du compost quand il est au 7/8ème décomposé. 
On recherche une consistance grumeleuse et colloïdale*
 
 
 

AUTRES INGRÉDIENTS SPÉCIFIQUES À LA CULTURE EN BIODYNAMIE

 
La bouse de corne (dite préparation 500) : elle est obtenue par la fermentation dans le sol durant la période hivernale de bouse de vache de bonne qualité qui a été introduite dans des cornes de vaches. Cette préparation s’adresse au sol et aux racines de la vigne. Elle est un puissant édificateur de la structure du sol. Elle devrait être appliquée au moins deux fois par an. On pulvérise la bouse de corne un peu avant ou juste après le débourrement** et à l’automne le plus tôt possible après la récolte. On utilise 100 gr de bouse de corne que l’on mélange dans 35 litres d’eau par hectare. La pulvérisation doit se faire entre 16 heures et 21 heures (cf : influence des planètes).
La silice de corne (dite préparation 501) : elle est obtenue par le passage en terre, durant la saison estivale dans une corne de vache, de cristal de roche (quartz) broyé. Elle agit en polarité avec la bouse de corne et s’adresse à la partie aérienne des plantes durant leur période végétative. C’est une sorte de « pulvérisation de lumière » favorisant la vigueur végétative et atténuant les maladies. Grâce à la silice de corne la qualité nutritive des aliments (raisins) est renforcée, les arômes sont mis en valeur. Le plus souvent cette préparation est pulvérisée au printemps et en automne. On utilise 4 gr de silice de corne mélangé dans 35 litres d’eau par hectare. Cette préparation est pulvérisée entre 5 heures et 9 heures du matin (cf : influence des planètes).
La valériane (dite préparation 507) : elle est souvent ajoutée dans la bouse de corne et dans la silice de corne. C’est un puissant anti-stress pour la vigne (surtout après la grêle) et un stimulant extraordinaire de la floraison. Elle forme une sorte de manteau de chaleur protecteur autour du compost. L’emploi de la préparation bouse de corne est un geste essentiel au moment de la plantation de la vigne.
 
 
 

L’INFLUENCE DES PLANÈTES

 
La bouse de corne est efficace pour les racines de la vigne, sa pulvérisation se fait en fin de journée lorsque le soleil se couche. L’idée soutenue est que la lumière baissant elle a tendance à tirer les racines vers le bas (en profondeur).
Selon le calendrier planétaire, on l’applique en lune descendante***: l’énergie se trouve concentrée dans la partie « souterraine » de la vigne.
La silice de corne est utile pour le développement végétatif de la vigne, c’est pourquoi on la pulvérise le matin au soleil levant. La lumière augmentant elle a tendance à tirer la végétation vers le haut.
De même on l’applique en lune montante****, l’énergie se trouvant concentrée dans la partie 
« aérienne » de la vigne.
Pour les semis, le travail du sol, le compostage et l’emploi des préparations, il faut à tout prix éviter les nœuds***** des différentes planètes (Lune, Mercure, Venus, etc…)
 
Pour les grands vins des générations futures :
La culture en biodynamie devrait permettre d’obtenir une meilleure acidité ainsi qu’un équilibre optimal dans les vins.
En autorégulant la croissance de la vigne on évite les attaques de botrytis et les excès de végétation. On obtient ainsi un bon niveau d’azote, nécessaire pour de meilleurs fermentations. 
La culture en biodynamie permet à la vie et aux levures de se développer sur la peau du raisin. Plus il y a de variétés de levures indigènes, plus typé sera le vin. Il n’est donc pas nécessaire d’introduire des levures étrangères qui orientent les arômes et finissent par standardiser les vins.
Ces premiers pas vers la culture en biodynamie n’ont aucun but commercial de notre part.
Notre souhait est d’obtenir une qualité toujours et encore meilleure des vins issus de terroirs uniques afin de conserver votre confiance et d’accroître votre plaisir.
 
 
 

GLOSSAIRE

 
* Colloïdale : état de dispersion de la matière au sein d'un fluide, caractérisé par des granules de dimension moyenne 
** Débourrement : épanouissement des bourgeons de la vigne.
*** Lune descendante : lorsque la lune diminue sa trajectoire dans le ciel
**** Lune montante : lorsque l’arc que la lune décrit s’agrandit, la lune passe toujours de plus en plus haut.
*****Nœud : point d'intersection de l'orbite d'un astre avec le plan de l'orbite d'un autre astre. En général on parle des nœuds de l'orbite d'une planète avec le plan de l'ecliptique (plan de l'orbite terrestre). Le nœud sera ascendant lorsque la planète passe de l'hémisphère austral à l'hémisphère boréal, et descendant dans le cas inverse.