Le Grand Cru Kessler

Les courbes vallonnées que dessine le Kessler protègent les vignes des assauts du climat, leur offrant un écrin chaud et aéré. Une douceur qui n’a d’égal que la puissance minérale que renferment les profondeurs du sol

Le Grand Cru Kessler en quelques lignes :
Une superficie de 29 hectares, dont 22 ha nous appartiennent.
Son altitude varie de 300 à 390 mètres.
Le rendement moyen est de 35 hl/ha.
Le « Vallon » est un terroir gréseux. Il fut mentionné dès 1394 et commercialisé sous son propre nom dès 1830. Le coteau forme en son centre un vallon (Kessler) qui l’abrite des vents du Nord et des courants d’air froids.
Le Gewurztraminer, le Riesling et le Pinot Gris y tiennent une place privilégiée, en produisant des vins féminins et charmeurs.

La Nature

Le Grand Cru Kessler forme une cuvette (c’est le sens du nom Kessler) abritée des vents froids qui courent le long de la vallée de Guebwiller. Ici, les pierres sèches forment un trait d’union manifeste entre les Grands Crus voisins du Saering, du Spiegel et du Kitterlé. Le mélange du sable à des éboulis plus lourds, une pente abrupte, favorisent la constitution de vins très typés

Lieu

Le Grand Cru Kessler se situe sur la commune de Guebwiller, sur le flan est de la colline Unterlinger, à une altitude variant entre 300 et 390 mètres. Ses parcelles, orientées sud-est jouxtent le Grand Cru Kitterlé dans sa partie haute et les Grands Crus Saering et Spiegel dans sa partie basse.Les pentes sont ici extrêmes, avec des secteurs à plus de 45° de déclivité qui ont imposé une culture en terrasses. Les parcelles du cru sont délimitées par un réseau de murs en pierres sèches, qui datent pour certains de plus de deux siècles.

Sol

Le Kessler repose essentiellement sur un substrat de grès vosgien du Buntsandstein, dont l’effritement au cours des âges a donné naissance à des sols rougeâtres où s’entremêlent le sable et l’argile liés à d’autres dépôts minéraux plus ou moins abondants selon les endroits. À sa base, un affleurement linéaire de calcaire du Muschelkalk, recouvert de colluvions gréseuses, se traduit par des sols plus argileux, plus compacts et plus rubéfiés, ne modifiant pas l’homogénéité du lieu-dit. Ce sol léger à la réserve utile faible permet toutefois une alimentation hydrique de la vigne suffisante et régulière grâce à un système racinaire plongeant profondément dans le sol.

Micro-climat

Le nom Kessler, qu’on traduit littéralement par « chaudron » évoque la configuration générale de ce Grand Cru en forme de cuvette. Le vallon qui se dessine en son centre est cadastré sous le nom de Heisse Wanne (cuve chaude) et constitue un véritable régulateur thermique. Parallèlement à la barrière vosgienne qui l’isole des vents d’ouest, la Wanne protège le terroir des courants d’air froid venant du nord et de la vallée de Guebwiller assurant un rythme de maturation constant.  L’altitude assez élevée de ce terroir le protège des brumes matinales de l’arrière-saison. Le processus de maturation se déroule alors à cette période de façon ralentie, ce qui est favorable à la qualité de la vendange. De plus, l’apparition de la pourriture grise est limitée dans les vignes peu vigoureuses. Par contre, si le temps en octobre est favorable, l’installation de la pourriture noble n’est pas rare.

L’itinéraire du Grand Cru se dessine avec les moines de l’abbaye de Murbach, qui fut l’une des plus influentes à l’époque du Saint Empire Romain. L’abbaye de Murbach a été une des plus influentes à l’époque du Saint Empire Romain. Au point qu’en 1228, l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen offre aux abbés de Murbach le statut de princes-abbés, les possessions de l’abbaye devenant alors principauté d’empire.