Pinot Gris Grand Cru Kitterlé 2015

Télécharger la fiche PDF

Détails techniques

Type de vin :

  • Sec
  • Demi-sec
  • Moelleux
  • Liquoreux
  • Degré: 13,17º
  • Acidité: 3,37 grs/l
  • Sucres Résiduels: 50,12 grs/l
  • Appellation: AOC Alsace Grand Cru

Accords Mets & Vins

Idéal sur une tourte de volaille aux poireaux...

Historique

Le Kitterlé fût mentionné pour la première fois en 1699. En 1782 douze « schatz » de vignes se révélaient être la propriété exclusive des jésuites d’Ensisheim. Ce coteau bénéficie d’une commercialisation sous son propre nom depuis 1830.

Situation

Le Kitterlé est un terroir volcano-gréseux qui occupe un site unique en rebord de montangne en dessinant un éperon rocheux offrant 3 expositions (sud-ouest, sud et sud-est). Le sol léger et sablonneux retenu par d’immenses murs de pierres sèches n’autorise qu’un rendement limité (25 à 35 hl/ha).

Vinification

Pressurage en raisin entier, débourbage statique. Fermentation en foudre thermorégulé de 1 à 4 mois. Elevage sur lies fines pendant 8 mois.

Gastronomie

J’adore l’associer à une cuisine goûteuse. Des quesadillas (en-cas mexicain) d’agneau au paprika, une tourte de volaille aux poireaux, un porc qui pique au Tandoory, ou, bien sûr, un fromage à pâte molle et croûte lavée… Température de service 12°C.

En savoir plus sur les accords Mets & Vins

Dégustation

La robe est jaune citron avec des reflets clairs, d’intensité moyenne. Le disque est brillant, limpide et transparent. Le vin présente de la jeunesse.
Le nez est franc, plaisant, intense. Subtil, on perçoit de fines odeurs domainantes confites, fruitées, la pâte de coing, la mirabelle, le miel, les fleurs blanches. L’aération amplifie ces odeurs et dévoile l’abricot, la peau de pêche et le champignon frais. L’état sanitaire parfait de la vendange traduit une définition variétale assez complexe, encore retenue. Le temps lui sera bénéfique.
L’attaque en bouche est ample, volumineuse, semi-liquoreuse. Le support alcool est corsé. On évolue sur un milieu à la vivacité franche, marqué par du perlant. On retrouve les arômes du nez, toujours dominés par les fruits confits, la mirabelle, la pêche, l’abricot, le coing, les fleurs blanches, le miel, le champignon, finement fumé. On perçoit une pointe d’amertume savoureuse. La finale présente une grande longueur, 10-11 caudalies, ainsi qu’une vivacité stricte et une fine amertume persistante. Dense et compacte, léquilibre de ce vin est succulent, marqué par du relief. La richesse initiale est admirablement tempérée par la nervosité du terroir et cette amertume rafraîchissante. Superbe palette d’arômes en devenir.

Commentaire de M. Pascal Leonetti
« Meilleur Sommelier de France 2006 »

Les autres millésimes